Photo HUDERF
FRNLEN

>>Les infirmiers(ères) doivent être fiers(ères) de leur métier

Jan FoubertJan Foubert a pris la direction du Département Infirmier de l 'HUDERF le 1er février 2010. Son objectif : élargir les compétences des infirmiers et infirmières de l'HUDERF et accroître leur fierté par rapport à leur travail.

Avec sa nomination au poste de Directeur du Département Infirmier de l'HUDERF, la boucle est en quelque sorte bouclée pour Jan Foubert. Il a en effet débuté sa carrière professionnelle en 1986 à l'HUDERF qui venait d'ouvrir ses portes. C'est même lui qui s'est occupé du tout premier petit patient admis aux soins semi-intensifs…
Depuis quelques mois, il est de retour là où tout a commencé pour lui, après un passage à l'Institut Jules Bordet et dix années dans l'enseignement (voir encadré). Le poste vacant de Directeur du Département Infirmier de l'HUDERF était une occasion bien trop unique pour la laisser filer. "L'Hôpital Universitaire des Enfants est le seul établissement de ce type en Belgique. Vu mon âge, je n'aurais plus eu beaucoup d'opportunités d'exercer une fonction de ce type. Même si je vais probablement devoir lui abandonner une bonne partie de mon temps libre !", confie-t-il avec un clin d'oeil.

Formation permanente

Le nouveau directeur essaie de passer au moins une fois par semaine dans chaque service pour se faire une image exacte de leur fonctionnement. S'il s'agit pour l'instant d'une prise de contact, il entend à terme passer régulièrement une journée dans les différents services.
Jan Foubert a dressé un plan stratégique pour les soins infirmiers à l'HUDERF lorsqu'il a posé sa candidature à ce poste. Une grande importance y est accordée à la compétence du personnel infirmier, étant donné la fragilité des jeunes patients de l'Hôpital des Enfants.
"Je veux stimuler cette expertise via une formation permanente. Ce qu'on enseignait en 1986 sur les soins des plaies, par exemple, a énormément évolué aujourd'hui. Mais, pas question que la direction décide unilatéralement des formations que doit suivre le personnel infirmier. Je pense que la motivation sera plus grande si c'est l'infirmier(ère) lui/elle-même qui décide quelle formation est la plus utile et adéquate pour il/elle."

Différenciation de la fonction

Les infirmières : vers un rôle de coordinationL'enrichissement des compétences passe aussi par une évolution de la fonction. Aujourd'hui, le personnel infirmier accomplit de nombreuses tâches qui lui ont été dévolues, mais n'ont pas toujours un rapport avec les soins infirmiers. "Les infirmiers(ères) doivent déléguer certains soins de base. L'idéal serait que le personnel infirmier évolue vers un rôle de coordination. L'ensemble des tâches en deviendrait plus intéressant, tout en maintenant la responsabilité finale à l'identique."
Un profil de fonction attractif constitue d'ailleurs un atout supplémentaire pour inciter les jeunes à embrasser la profession. "Le stage est le meilleur moyen de trouver de nouvelles recrues pour l'HUDERF. Nous avons dès lors tout intérêt à nous faire connaître comme "bon endroit de stage". À l'inverse, nous devons aussi savoir très précisément pourquoi certains membres de notre personnel décident de nous quitter."

Les compétences doievent être mieux mises en avant

Le personnel infirmier de l'HUDERF doit mettre davantage en avant les compétences acquises. "Il ne doit pas craindre de se montrer plus critique. Toutes les prises de sang, par exemple, sont-elles bien nécessaires? Les infirmiers(ères) doivent participer à la réflexion et ouvrir le dialogue. Les médecins en sont d'ailleurs demandeurs."
Cette prise de conscience doit s'étendre sur tous les plans. "Souvent, les infirmiers(ères) s'effacent et choisissent un rôle purement exécutant. Alors qu'ils/elles devraient s'affirmer comme des collaborateurs(rices) compétents(es) et montrer qu'ils/elles sont fiers(ères) de leur métier."

:: Professeur, toujours ! :: Jan Foubert souhaite rester actif dans l'enseignement, une activité qui lui procure un certain nombre d'avantages.
"Vous pouvez attirer des jeunes en stage et vous vous obligez à rester au courant des évolutions les plus récentes. De plus, partager ses connaissances fait partie de la mission de base d'un hôpital universitaire. C'est la raison pour laquelle, au cours de l'année académique prochaine, je continuerai à enseigner un certain nombre de matières à l'Erasmus Hogeschool à Bruxelles."
:: Qui est Jan Foubert ? ::
>1986 : Infirmier aux Soins Intensifs à l'HUDERF.
>1988 : Combine son service militaire et son métier d'infirmier dans divers services à l'HUDERF.
>1989 : Chef infirmier en oncologie à l'HUDERF.
>1993 : Chef du service infirmier à l'Institut Jules Bordet.
>1996 : Professeur à temps partiel à l'Erasmus Hogeschool et Chef du service infirmier à temps partiel à l'Institut Jules Bordet.
>1999 : Professeur à temps plein et consultant infirmier à l'Institut Jules Bordet.
>2009 : Professeur à temps partiel et directeur du Département infirmier à temps partiel à l'HUDERF (depuis le 1er décembre).
>2010 : Directeur du Département infirmier à temps plein à l'HUDERF (depuis le 1er février).
:: Inspiration à l'étranger :: Jan Foubert se rend régulièrement à l'étranger, en tant que professeur, mais aussi pendant ses vacances.
Il a ainsi travaillé en Afrique du Sud à la prévention contre le sida, et en ex-Yougoslavie en néonatologie. En outre, il a dirigé pendant plusieurs années l'European Oncology Nursing Society. Dans le cadre de cette fonction, il a visité une soixantaine de pays afin de promouvoir les soins infirmiers en oncologie.

:: Du personnel infirmier libanais à l'HUDERF :: Cet été, 5 infirmières libanaises viendront renforcer l'équipe de l'HUDERF. Elles n'attendent plus que leur permis de travail. L'HUDERF a déjà par le passé embauché 12 infirmières libanaises et 8 infirmières roumaines. 360 infirmiers, diététiciens, nutritionnistes et médiateurs travaillent à l'Hôpital des Enfants dans 15 services différents. L'HUDERF pourrait donner du travail à 20 personnes supplémentaires. Au cours d'une année record, l'Hôpital des Enfants peut même engager jusqu'à 60 nouveaux collaborateurs. "Le personnel infirmier étranger peut aider à résoudre le manque d'effectif. Mais nous devons être attentifs à ce que l'équilibre soit respecté dans les services", estime Jan Foubert.

Auteur : Pieter Segaert
Source : Osiris News (n° 19, juin-août 2010)